Les choses qu’ils mettent sur le pain qui ne sont pas saines – diarionuevo.com

Les choses qu’ils mettent sur le pain qui ne sont pas saines


Notre pain quotidien

Imagen relacionada

Le pain est presque aussi vieux que l’humanité. En fait, c’est l’un des fondements du régime méditerranéen. Du pain carbonisé a été trouvé dans les ruines de Pompéi, un four à pain de l’ancienne Babylone, des restes de pain dans des villages européens au Néolithique et on sait qu’il était également consommé dans l’Égypte ancienne. Cependant, l’un des fondements de la nutrition est devenu presque une anecdote : la consommation de pain en Espagne, qui était de 134 kilos par personne et par an en 1964, est tombée à 35 kilos en 2015. L’une des raisons peut être l’intrusion des pains industriels, qui n’ont pas grand chose à voir avec les pains traditionnels.

La plupart des boulangeries utilisent des additifs qui donnent au pain un goût, une texture et un arôme qui ne sont tout simplement pas ceux du pain.

Accessoires de boulangerie

La texture et la croûte du pain dépendent principalement de la qualité de la farine et de la méthode de préparation. Un pain classique nécessite une farine forte, un bon pétrissage, quelques heures de repos pour la came, la répétition du processus et enfin la cuisson. Les pains industriels essaient de raccourcir certaines de ces étapes avec des accessoires de boulangerie.

Trop de sel

Nous savons déjà que trop de sel est mauvais pour la santé du cœur et il semble que le pain ait la tendance inverse, c’est-à-dire qu’il contienne de plus en plus de sel. Bien que les limites soient au maximum de 1,8 % et que les tests effectués soient inférieurs, cela indique également que la teneur a progressivement augmenté ces dernières années.
Une consommation excessive de sel augmente les chiffres de la pression sanguine et accroît le risque de maladies coronariennes et d’accidents vasculaires cérébraux ; par conséquent, une réduction de la consommation de sel signifierait un risque moindre de ces maladies. D’autre part, de nombreux produits et en-cas ultra-traités sont riches en sel, ce qui augmente la tolérance au goût du sel et encourage une plus grande consommation de ce type d’aliments, qui est aussi souvent associée à la consommation de boissons alcoolisées et de boissons non alcoolisées sucrées.

Sucre dans le pain

Le sucre est ajouté à certains pains viennois dans le cadre de la recette, mais il peut également être présent dans d’autres, où il est utilisé comme aliment de levure, alors qu’il doit être alimenté avec de l’amidon de blé, un sucre complexe. Ce sucre caché dans le pain s’ajoute à l’excès que nous consommons déjà tout au long de la journée.
L’habileté du boulanger consiste à démêler ce sucre enfermé dans les amidons et à le faire prendre au pain pour lui donner un goût agréable avec cette légère douceur qui rappelle celle des céréales et aide à faire dorer la croûte», explique Ibán Yarza. Une fois de plus, en privilégiant la vitesse à la technique, on aggrave le produit au lieu de l’enrichir. Et ce n’est pas seulement une façon plus confortable de faire du pain, c’est aussi moins sain.

Graisses saturées

En théorie, le pain ne contient pas de graisse : seulement de l’eau, de la farine, de la levure et une pincée de sel. En pratique, certaines variétés contiennent des matières grasses, notamment les pains de pâtisserie et les moules. Le problème n’est pas seulement que nous ne connaissons pas la teneur en graisses, mais souvent celles qui sont utilisées sont saturées, moins saines.
Les graisses saturées augmentent le cholestérol total et le LDL-c (dit mauvais), et augmentent également le risque d’obésité, de maladies cardiaques et cérébrovasculaires.

La meilleure option

Pour la santé et le goût, l’idéal serait de faire le pain nous-mêmes, de contrôler tous les ingrédients et l’ensemble du processus, ce qui est difficile en pratique.